Itinéraire artistique d'un mal-voyant

Dans la rubrique :  réflexion sur la peinture, j'explique que l’œil est un outil précieux pour l'artiste. Cet outil, en ce qui me concerne, est bien mal en point. Dès ma plus tendre enfance, les problèmes oculaires sont apparus pour se multiplier tout au long de mon existence.

Malgré ce parcours chaotique, le moral ne s'est pas altéré, et c'est avec obstination que j'ai poursuivi mon objectif : peindre . . . Mes amis s'étonnent de me voir évoluer dans ce domaine et affirment que je me suis lancé un défi en opposition avec mon handicap. Un défi. . . j'en doute ! C'est plutôt ce besoin impérieux de m'exprimer qui m'anime ; ce désir qui est incrusté au plus profond de mon esprit. Enfin peut-être qu'un jour, par force, tout cela aura une fin et qu'il sera temps de poser les pinceaux.

Cette prise de conscience à vouloir m'engager sur ce terrain, m'est apparu très tôt dans ma prime jeunesse. C'est en observant une toile fraîchement peinte, chez les voisins de mes parents qu'est née l'étincelle créatrice qui a bouleversée et conditionnée tout le reste de mon futur.

Cette découverte de jeunesse a fait son chemin pour s'affirmer à mon adolescence. Mes premières expériences picturales seront un révélateur enthousiasment. C'était comme une sorte de miracle qui s'accomplissait subitement.

Parallèlement je m'initie à l'héliogravure, puis à la photogravure. Par l'intermédiaire de ma profession je noue des contacts avec des dessinateurs publicitaires et découvre dans leurs travaux un graphisme qui ne me laissera pas indifférent. J'utiliserai ce procédé par la suite, mais à ma manière afin de concevoir mes sujets.

Après une brutale détérioration visuelle, je me vois contraint de cesser ma profession. Dès lors je me consacre exclusivement à la peinture et multiplie les salons sur Paris et sa région dont je suis natif. Invité d'honneur à diverses reprises, j'obtiens aussi différentes distinctions. C'est bien involontairement si je suis apprécié dans le milieu artistique, car je ne recherche nullement les honneurs ou la reconnaissance d'autrui ; en fait je ne suis pas un chasseur de médailles et ne crée pas de chefs-d’œuvre pour entrer dans les musées mais je peins exclusivement pour le plaisir. Ne laissons pas l'orgueil et l'égocentrisme gangrener notre mental, cela ne pourrait qu'altérer notre créativité. Ouvrons-nous sur le monde extérieur et faisons preuve d'humilité car ce sont les seuls critères à respecter si l'on veut progresser.

A présent je demeure sur le littoral sud de la Bretagne et perpétue cette enrichissante expérience née il y a déjà plus de cinquante ans. Cette chère passion ne me quittera certainement jamais et fait partie intégrante de ma vie pour m'offrir tant de satisfactions et de joies.
.